Comment Google utilise le Big Data pour protéger l’environnement
Bigdata
19 octobre 2016 - 17:06, by , in actualités, No comments

Kate Brant, responsable du développement durable chez Google, a souligné l’intérêt de la société de lutter contre la pêche illégale, les bâtiments écologiques et les énergies renouvelables. A ce jour, la plupart de ces initiatives utilisent le Big Data ou ont été motivées par le Big Data.

Google n’est pas seulement un célèbre moteur de recherche, la société investit également des milliards de dollars dans le développement des robots, dans la réalité virtuelle ou encore dans la conduite autonome.

Le Big Data pour définir les matériaux les plus durables

Le géant technologique utilise la même approche en matière de durabilité, en diffusant sa richesse dans une variété de projets visant à réduire les déchets et l’empreinte carbone. Ces initiatives pourraient un jour générer des profits.

Lors de la conférence SXSW Eco, Kate Brandt, directrice du développement durable chez Google, a évoqué toutes les initiatives environnementales clés que Google avait entrepris au cours de la dernière décennie. Certains projets incluent la collecte et l’analyse de données permettant à Google et d’autres entreprises d’utiliser des matériaux plus durables, réduisant ainsi leur impact sur l’environnement et les émissions.

Evidemment, Google est déjà bien avancé sur la réduction de la consommation d’énergie dans ses data centers. De plus, la société est un grand investisseur dans l’énergie solaire et s’engagée à investir 2,5 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, y compris détenir des part dans les centrales électriques. Selon Brant, Google « est le plus grand acheteur d’énergie renouvelables si vous ne comptez pas les services publics ». Toutefois, elle n’a pas évoqué l’éventualité d’un investissement dans le stockage d’énergie. En effet, cela a pour but d’utiliser de l’énergie au moment où les fermes solaires ou éoliennes ne peuvent pas produire d’électricité.

Lors de son arrivée chez Google, Kate Brandt a appris l’existence d’un projet de base de données sur la composition et l’impact environnemental des matériaux de construction. La société utilisait une base de données appelée Portico pour ses propres projets de construction. La semaine dernière, Google publiait une application web pour rendre ces données plus accessibles au grand public.

Google utilise les données pour aider à la décision

Différentes équipes intégrées dans différentes unités d’affaires cherchent des moyens pour réduire la consommation d’énergie, les émissions de Co2 et les déchets et à accroître la productivité et les revenus. Par exemple, une équipe baptisée Geo for Good enquête surl’utilisation des cartes, des données et du machine learning pour résoudre des problèmes environnementaux. Ils créent des bases de données et des logiciels pour surveiller la santé des forêts tropicales dans le monde entier ou traquer la pêche illégale.

Kate Brant a été engagée pour trouver des stratégies et établir une utilisation plus efficace de ces initiatives de durabilité disparates

« Mon rôle actuel est de travailler à travers un grand nombre d’équipes différentes. Ces défis sont si grands qu’ils exigent des partenariats »

En juin, trois employées de Google évoquaient le projet de développer des tampons hygiéniques réutilisables, afin de réduire la quantité de serviettes et tampons qui finissent dans les décharges. Au sein de Google, leurs collègues étaient sceptiques à propos du projet. Les données ont joué un rôle important pour montrer l’intérêt croissant du public pour des tampons réutilisables.

Ils ont récemment présenté un projet pilote au siège de l’entreprise à Mountain View, qui a reçu énormément de commentaires positifs. Ainsi, le projet est en voie de développement dans un autre bureau de l’entreprise. L’entreprise serait également en phase de développer des projets pour réduire la consommation de la viande.

 

Source : http://www.lebigdata.fr/google-big-data-1310

About author:

Comments are closed here.